18/04/2019

ND de Paris incendiée, le jour d'après...

Notre Dame de Paris en feu (15/4/2019)


Suite à la légitime sidération de (quasi) tous les français et même de tant d'étrangers touristes ou non, les politiciens de (quasi) tous bords, les autorités religieuses ainsi que le pouvoir politique ont, dans un premier temps, su répondre de manière mesurée, adéquate à l'émotion sincèrement ressentie par tous face à ce terrible drame qui touche tant les croyants dans leur foi que les amoureux du patrimoine religieux ou non.

Mais, très (trop) vite, la politique a su reprendre la maîtrise d'une communication à faire passer auprès des médias eux-mêmes préoccupés par l'audience que suscite ce triste événement.
Et de dérouler un long chapelet de discours autour d'un factice "tous ensemble" qui, par miracle…, surgirait du drame de Notre Dame qui, à force d'exagération des mots, des symboles, des messages subliminaux, finit par lasser tant il fleure "mauvais" l'idéologie d'un pouvoir qui ne peut s'empêcher de se servir de tout événement pour conforter sa propagande électoraliste.

Par contre, pourquoi, vous citoyens, vous "experts" médias, ne vous posez-vous pas la question du manque irresponsable de sécurités (surveillance insuffisante du chantier qui voyait des individus escalader les échafaudages et se filmer sur le toit de la cathédrale), du fonctionnement aléatoire, imprécis des alertes d'incendie (détection enclenchée moins de 30 minutes restée sans résultat) ou ces témoignages vérifiés de personnes qui, en début d'après-midi, s'étonnaient d'une odeur de brûlé dans ce quartier sans que cela ne semble justifier la moindre vérification.
Par contre, pourquoi, vous citoyens, vous "expert" médias, ne vous posez-vous la question du manque de moyens évidents à la disposition de pompiers qui, malgré ou plutôt grâce à leur courage infaillible, n'ont pu que préserver ce qui n'avait pas encore été atteint par les flammes qu'un arrosage faible et limité à quelques lieux que hauteur, difficulté d'accès, ne devraient, en 2019, plus vraiment pouvoir excuser.
Par contre, pourquoi, vous citoyens, vous "experts" médias, ne vous posez-vous pas la question du sérieux d'une enquête qui, avant même d'avoir pu pénétrer dans les lieux pour y relever le moindre indice, si le feu n'a pas tout détruit, écarte toute hypothèse qui aurait le culot de suggérer d'autres pistes, de qualifier ceux qui les émettent d'irresponsables "incendiaires" populistes pour assurer avec tout le sérieux qui sied donc à une conclusion d'incendie involontaire élaborée à la suite de… rien!.

Article sélectionné par le site AGORAVOX
Pour le lire, le noter et le commenter directement sur ce site, cliquez  ICI