15/12/2018

Récap Actus 2018

Récap Actus de l'année


Décembre

FRANCE:
- Tuerie de masse (4morts) sur le Marché de Noêl à Strasbourg.
Après 48h de traque, le "terroriste islamiste" est finalement abattu par les policiers.
- Poursuite de la protestation des Gilets Jaunes, en dépit des concessions jugées insuffisantes (après 4 semaines) du président E. Macron et du gouvernement E. Philippe.
- Déficit dépassera les 3% du PIB en raison des mesures sociales prises par le gouvernement pour satisfaire des exigences de Gilets Jaunes.
Notons la quasi absence d'admonestation de la Commission européenne envers ce net dépassement des 3% alors que, pour l'Italie qui prévoyait un chiffre de 2,4%, la réaction du commissaire UE (français) Moscovici fut rapide et sévère avec menaces de sanctions et réaction connexe des marchés!.
- Popularité de E. Macron atteint un plus bas historique en raison de son attitude méprisante (ou perçue comme telle) envers certaines couches de la population, notamment pour les Gilets Jaunes qui scandent "Macron Démission" lors de leurs défilés à Paris.
GRANDE BRETAGNE - UNION EUROPEENNE:
- Un accord a minima est, au terme (comme toujours en UE) de longues tractations et dramatisations des discussions, signé entre les futurs ex partenaires mais celui-ci n'est pas encore ratifié par le parlement britannique et fragilise grandement la PM T.May.

Novembre

USA:
- Elections mi-mandat voient les Républicains conserver le Sénat mais perdre la Chambre au profit des Démocrates.
- Changements climatiques: violents incendies qui ont entièrement détruit la ville de Paradise et causé une centaine de morts.
IRAN:
- Nouvelles sanctions US suite à la rupture du Traité négocié sous B. Obama.
JAPON:
- Garde à vue de C. Ghosn PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi pour dissimulation de revenus.
FRANCE:
- Un nouveau mouvement citoyen issu des réseaux sociaux et plus particulièrement de Facebook se fait voir et entendre avec des revendications variées mais essentiellement liées au pouvoir d'achat et au respect citoyen issu du "peuple" au travers d'appels à filtrer voire bloquer la circulation via des actions sur les ronds-points la semaine en régions et de manifestations non déclarées à Paris les samedis.

Octobre

BRESIL:
- Victoire aux élections présidentielles de J. Bolsonaro (qualifié de populiste par les dirigeants et médias pro-UE) qui déclare vouloir rétablir l'ordre, combattre la corruption et retrouver la croissance économique perdue.
- MEXIQUE:
Marche de 10000 réfugiés vers la frontière US qu'ils disent vouloir franchir en dépit d'un refus clair de D. Trump de les y autoriser.
- TURQUIE:
Meurtre du journaliste J. Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul (Turquie).
Opposant notoire à Mohammed Ben Salman (MBS), la Turquie met la pression sur l'Arabie saoudite et ses alliés (USA en tête).

Septembre

USA:
- Renégociation, à l'initiative de D. Trump, de l'ALENA.
UE:
- Après les victoires de V. Orban, de M. Salvini, d'autres pays (Suède, Allemagne, Autriche) connaissent une poussée (décrite par les pro-UE comme populiste) nationaliste qui, de fait, perturbe le "bon" ordre établi depuis longtemps par les dirigeants dits démocrates désireux de maintenir le fonctionnement européen tel quel.

Août

- Un énième accord "historique", comme il en est pour toute réunion et/ou négociation européenne, est censé avoir trouver une solution au dossier migratoire en facilitant le renvoi de ceux dont les dossiers ne seraient pas acceptés.

Juillet

MOYEN-ORIENT:
- Poursuite, quasi sans que ceci ne dépasse la rubrique "Faits divers" des exactions et meurtres commis au nom de l'EI ou des Talibans en Afghanistan, Pakistan, Nigeria, Syrie, Mali…
CHINE:
- Poursuite, à l'international, d'une ascension commerciale, politique tous azimuts mais essentiellement vis à vis d'une Europe passoire ou d'un continent africain exploité ainsi qu'un contrôle des libertés, au national, qui confine au totalitarisme… éclairé!.

Juin

TURQUIE:
- Réélection de R.T Erdogan qui renforce son pouvoir néo-islamiste en se donnant les moyens de le conserver jusqu'en 2023.
YEMEN:
- Tout le monde s'en fiche mais une guerre ultra-meurtrière continue de s'y dérouler avec en toile de fond la rivalité entre Saoudiens et Iraniens par soutiens respectifs aux camps opposés.
EUROPE:
- Tout va toujours très bien car on continue de discuter et discuter encore de l'harmonisation fiscale, sociale, de l'Euro, de la défense commune, de l'immigration non régulée, du Brexit… et ainsi de suite sans jamais aboutir à de véritables mesures efficaces!.
CHINE:
- Renforcement drastique des pouvoirs dévolus à Xi Jinping.
Pied de nez à l'Europe, à la France avec la mise en route du tout premier EPR.

Mai

USA:
- Retrait, à l'initiative de D. Trump, de l'accord sur la non prolifération des armements nucléaires signé du temps du précédent président B. Obama.
ISRAEL:
- Transfert, à l'initiative de D. Trump, de l'ambassade US à Jérusalem au grand dam des Palestiniens et des Européens.
EUROPE:
- Difficultés et tensions autour du Brexit, du fonctionnement de l'Europe "intégrée" qui veut toujours plus de supranationalité dirigée par la technocratie de Bruxelles au détriment (même si ce sont les dirigeants pro-UE qui le veulent) des nations membres, autrefois libres et responsables.
ESPAGNE:
- P. Sanchez (Socialiste) renverse M. Rajoy (PP) empêtré dans un scandale de corruption touchant son parti et les conséquences de la crise catalane.

Avril

HONGRIE:
- Victoire de V. Orban qui renforce un mouvement "populiste" qui se fait, à chaque élection, plus puissant.
CUBA:
- La page Castro se termine… enfin même si le successeur M. Diaz Canel est loin de représenter un véritable tournant politique au bénéfice de tous les citoyens.
COREE du NORD:
- Annonce surprise de Kim Jong Un qui, suite à l'initiative de D. Trump, stoppe les essais nucléaires.
FRANCE:
- E. Macron, "phare" de l'Europe dite de Bruxelles, s'affirme (ou tente de le faire croire) tant en France qu'à l'international comme le "guide" d'un autoproclamé Nouveau Monde.
SYRIE:
- Sous le prétexte (manque de preuves irréfutables) d'une attaque chimique perpétrée par le régime d'Assad sur la population (prise en bouclier humain par les rebelles soutenus par les occidentaux) de Douma, une frappe aérienne US-GB-France est lancée sans l'autorisation de l'ONU à l'encontre de bases aériennes syriennes.

Mars

RUSSIE:
- Réélection de V. Poutine.
ITALIE:
- Election d'un gouvernement de coalition (dit populiste par les dirigeants et médias pro-UE) entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue.
FRANCE:
- Attentat revendiqué par l'EI au bilan de 4 morts dont le gendarme A. Beltrame honoré par la nation pour son courage face au terroriste.
SYRIE:
- Les kurdes, glorifiés par les européens pour leur bravoure dans leur victoire face aux combattants de Daesh, se sont faits "expulsés" (bilan des pertes humaines passé sous silence) par l'allié OTAN et européen qu'est la Turquie d'Erdogan.
Parfois, en bons "démocrates", il faut pouvoir regarder ailleurs…!.
USA:
- A l'initiative de D. Trump, les taxes douanières sur l'acier et l'aluminium sont augmentées avec le risque évoqué par les européens d'une guerre commerciale.
- Scandale Cambridge Analytics qui pointe le fait que 50 millions de données d'utilisateurs Facebook en ont été les victimes.

Février

AFGHANISTAN:
- Attaque meurtrière (100 morts) des Talibans à Kaboul.
SYRIE:
- Si le recul de l'EI se confirme, n'en reste pas moins que la tension entre Israël et l'Iran reste vive et se joue de la souveraineté nationale syrienne en s'affrontant sur le terrain.
USA:
- Velléité de D. Trump à vouloir renégocier certains accords ou contrats passés sous Obama dont l'Alena (entre autres).
UE:
- Course communautaire en avant, pour ne pas dire fuite en avant) en vue de toujours plus de libre échange mondialisé qui, au détriment d'une protection minimale des européens, se poursuit comme, par exemple, la qualité agricole exigée pour les producteurs UE mais concurrencés, du fait d'accords UE, par des produits peu contrôlés (OGM) venant notamment du Brésil.

Janvier

IRAN:
- Manifestation citoyenne suite à l'annonce d'un budget d'austérité.
ALLEMAGNE:
- Compromis finalement obtenu entre CDU et SPD pour un programme aussi peu ambitieux que la lassitude d'un quatrième mandat pour A. Merkel se fait jour.
SYRIE:
- Dans l'indifférence générale, surtout européenne, des frappes turques sur des localités en territoire (souverain) syrien prennent ouvertement pour cibles des kurdes (combattants et civils).
Il n'est pourtant pas si loin le temps où des éloges étaient adressés à ces mêmes courageux combattants kurdes dans leur reconquête des territoires aux mains des islamistes résistant aux frappes occidentales.
Mais en tant qu'éternels donneurs de leçons aux… "autres", les intérêts géopolitiques, y compris des européens, ne sauraient tenir compte des droits d'hommes et de femmes qui, au hasard des alliances, ne sont plus dans le "bon" camp!.

Sources:
Facebook: Page Actualités & Infos
Site: Diploweb
Site: L' INFOTOX (Actus-Médias)

01/12/2018

SexyStars Top 10 du mois: Clemence Quelennec, Julie Engelbrecht... nues!.


.













Découvrez toutes les SexyPhotos (colonne gauche) de Stars nues.
Visionnez la SexyVidéo (colonne droite) de  Gigi Hadid.

SEXYSTARS: ACTRICES
- Julie Engelbrecht
- Anne Bancroft

SEXYSTARS: MUSIC
- Clémence Quelennec
- Lauryn Hill

SEXYSTARS: SPORTS
- Laisa Andrioli
- Gabrielle Reece
- Selina Wagner

SEXYSTARS: TOP MODELS
- Diane Chandler
- Karolina Witkowska

SEXYSTARS: TV
- Carine Galli 







15/11/2018

Elites vs Peuples: un fossé, vraiment?!.

.

Presse - Réseaux sociaux - Politique
Quel que soit le sujet évoqué lors d'émissions, de débats dans les médias télévisés ou non, il arrive toujours un moment où les intervenants se croient obligés de parler du "fossé" entre les élites, parmi lesquelles, modestement, ils se rangent et le peuple, ces gens qui, à les entendre, semblent partager un faible niveau d'instruction comme s'ils avaient, eux-mêmes, oubliés d'où ils provenaient ou que seuls eux disposent de capacités intellectuelles, de diplômes supérieurs, de parcours privés et professionnels remarquables.
Et de relever les réactions virulentes, certes parfois peu sensées d'individus judicieusement choisis afin, croient-ils, d'illustrer ce supposé fossé… en omettant d'exercer ce même choix spécieux parmi les chroniqueurs et politiciens ce qui, proportionnellement au nombre de citoyens, relativiserait le niveau de compréhension intellectuel global de l'"élite"...
Ne serait-ce pas plutôt le développement d'Internet qui, offrant la parole libre et immédiate à tous et toutes, jusqu'ici muets sauf à considérer qu'au mieux et ce, dans certains pays seulement, l'exercice à terme plus ou moins long du droit de vote suffit à la "masse" pour exprimer un choix dont l'élite tiendra… ou non compte dans sa gestion notamment politique, fait craindre à ces élu(e)s de se voir critiqués sans délai, de se voir confrontés immédiatement à leurs contre-vérités et/ou promesses électorales non tenues?.
D'autant plus que ce flot de mises au point est instantané, public, consultable à souhait et indéfiniment visible, ce qui, pour ceux habitués aux revirements ou pertes de mémoire politiciennes souvent très sélectives, s'avèrera bien vite insupportable pour ceux qui se prétendent représentants du peuple et à son service!.
Nul doute que la force de rappel des indécisions ou des mauvaises décisions, la critique argumentée de celles-ci mises au grand jour et, enfin, visibles et consultables par tous et toutes finira par engendrer une forme de pouvoir, non plus de simples alertes (ex: hashtags Metoo… sur Twitter) mais bien de fortes revendications (ex: groupes Gilets Jaunes… sur Facebook) de la société civile réduite au terme réducteur de "peuple" qui, et c'est bien là la crainte des  structures sociales traditionnelles que sont les pouvoirs médias, politiques et autres corps intermédiaires habitués à se créer leurs propres  polémiques suivies d'accords sous forme de compromis largement prévisibles, saura se saisir de cet outil de libertés, de rassemblements hors tout clivage "ancien" pour émettre des propositions que ces autorités de l'ancien monde même relookées en nouveau monde auront, au minimum, à prendre en compte sinon à approuver, faute de quoi, elles seront… dégagées!.
Ce qui est regrettable, même si certains intérêts bien compris peuvent l'expliquer voire malheureusement le justifier, c'est l'attitude complice des médias qui continuent à se faire les porte-voix d'une partie majoritaire de la classe politique au travers d'un simplisme idéologique proche de la ligne éditoriale, au service d'une propagande politicienne choisie par avance.
Ces "élites" dont la vision volontairement restreinte de la chose politique confisquée à leur profit dans le but de se maintenir au pouvoir, comprennent que l'explosion des libertés d'expression via les réseaux sociaux et Internet risque de leur faire perdre le pouvoir politique pour les uns, l'audience médiatique pour les autres… ce qui, vous le comprendrez aisément pour ces "démocrates" est quasi intolérable!.
Guerre de tranchées dans ce fossé...
De plus en plus conscient du risque encouru, pour leur maintien d'influence et de pouvoir, les "élites" politiques et médiatiques ressortent l'argument, systématiquement utilisé pour justifier des restrictions de droits et de libertés, celui de la protection du peuple qui, sans des mesures de contrôle, de mises en place de sanctions, d'exclusions, ne pourrait qu'être (tant ce "peuple" est, pour eux, inculte pour ne pas dire idiot)  sujet à manipulations grossières, instrumentalisations de la pensée et donc… des votes futurs contraires à ce qu'il serait bon pour ces gens de choisir… en toute démocratie, cela va sans dire!.
Bien évidemment, que tous les commentaires sur les réseaux sociaux voire quelques médias où la liberté de publier est encore permise ne se valent pas, que la qualité est rarement synonyme, sans pour autant être d'office contraire, à la quantité mais, comme écrit plus haut, que tous balaient devant leur propre porte avant d'accuser les voisins de malpropreté, y compris dans ce qui est le plus désagréable, à savoir la grossièreté et l'insulte personnelle qui, chez certains, fait office de seule réponse tant ils semblent dénués d'un vocabulaire suffisamment étendu pour exprimer une pensée structurée.
A ceux-ci, la meilleure réponse consiste à ne jamais leur répondre voire de les bloquer et/ou supprimer ces quelques parasites qui n'apportent rien aux débats.
Populistes vs Démocrates 
Voici bien la dernière mode en matière de censure idéologique, de refus de débat qui consiste pour un représentant média ou politique qui se dit démocrate et/ou progressiste (dernier concept au goût du jour) de qualifier tout individu (citoyen ou opposant) de "populiste" sitôt que ce dernier ose exprimer une opinion étayée, une proposition contraire ou analyse différente de la "politiquement correcte" qui convient si bien.
A peine ce label est-il attribué qu'à celui-ci on ajoute, à mots voilés ou non, ceux de xénophobes, racistes, nazis pour les plus intolérants et, ô miracle, ceci est supposé immédiatement clore toute discussion.
Cette manière pour un soi-disant démocrate de rendre tout débat inaudible par la disqualification de l'opposition n'est pas réservée qu'aux débats politiques car la technique d'ostracisation fonctionne également sur les réseaux sociaux qui voient nombre de publications, d'infos contraires à l'idéologie (encore) dominante être réduites au rang de "fake news", d'infox (néologisme 2018) ou de "théorie du complot".
Faut-il vraiment préciser que toutes les infos publiées ne sont pas exactes, objectivement vérifiées mais de là à tenter d'imposer l'idée que seul le côté "obscur" des réseaux sociaux y a systématiquement recours, c'est oublier un certain nombre de mensonges éhontés présentés, main sur le cœur, comme vérités "d'évangile" par de célèbres démocrates, politiques et journalistes!.
Néanmoins, c'est bien sous cet angle d'attaque de la liberté d'expression pour tous et toutes que certains dirigeants (qui pense à E. Macron?!) nous concoctent des lois et règlements qui n'ont d'autres desseins que de s'assurer un monopole de paroles, d'idées et de pouvoirs… au nom, ne jamais l'oublier, de la défense du peuple, qu'en toute modestie ces élites, considèrent donc comme incapable de tout discernement car perméable à toute propagande exception faite de celle qui convient aux dirigeants en place… 
Reste à savoir, le futur proche nous l'apprendra bien vite, si le peuple s'en laissera compter, on pourrait presque dire conter, tant les fables de ceux qui se disent au service des citoyens sont connues et rebâchées à l'infini ou si, grâce à l'explosion des opinions libres et multiples de ceux qui, rappelons-le, sont en l'occurrence, les acteurs principalement concernés par les décisions prises, parfois abusivement, en leur nom, un changement radical populaire, élitiste, populiste se produira au bénéfice des citoyens,  électeurs maîtres et responsables des choix essentiels pour l'avenir tant du peuple que des élites qui, rappelons-le à ceux qui, en intermittents du pouvoir s'estiment subitement supérieurs aux autres, sont, par leur implication économique, financière, sociétale, une forte composante active, instruite et indispensable de ce "peuple"!.

Autre article écrit en 2016 qui traite du sujet du traitement de l'information voire de la désinformation qui conduit au rejet des "institutions" du passé, dépassées et au succès des réseaux sociaux:

Des informations ou Désinformations?

01/11/2018

SexyStars Top 10 du mois: Lucie Lucas, Lindsey Pelas... nues!.











.
.

Découvrez toutes les SexyPhotos (colonne gauche) de Stars nues.
Visionnez la SexyVidéo (colonne droite) de:  Lindsey Clauson

SEXYSTARS: ACTRICES
- Lucie Lucas
- Tara Reid
- Julie de Bona
- Patsy Kensit

SEXYSTARS: MUSIC
- Aurélie Saada (Brigitte)

SEXYSTARS: SPORTS
- Mathilde Johansson
- Barbara Strycova

SEXYSTARS: TOP MODELS
- Autumn Kendrick
- Lindsey Pelas

SEXYSTARS: TV

- Megyn Kelly

23/10/2018

#Pasdevague : cette grande lâcheté des élites dont la société française doit maintenant payer la facture | Atlantico.fr




Commentaire de INFOTOX le Mag:

Petite leçon de (vraie) information utile, citoyenne, une nouvelle fois, donnée par ces réseaux sociaux que médias et politiciens accusent de tous les maux au point de vouloir les brider, les contrôler… en toute démocratie, bien entendu…
Evidemment, quand un simple hashtag donne la parole à ceux/celles qui, jusqu'alors, étaient réduit(e)s au silence par ceux qui osent se dire leurs porte-paroles, on peut comprendre la gêne, pour ne pas dire la honte, que ces "élites" doivent éprouver!.
La réaction du ministre Blanquer?: supprimons les portables dans les écoles!.
Supprimez les portables, interdisez la diffusion publique, fustigez les réseaux sociaux...
En fait, cachez-nous ces faits que nous, vos "élites" dirigeantes refusons d'admettre car cela nous ferait passer pour des irresponsables soumis aux communautarismes fort peu, contrairement à ce qu'ils proclament, au service de tous les citoyens
Et c'est pourquoi, nous allons brider, contrôler la liberté d'expression, de publication sur ces réseaux bien trop ouverts au "peuple" et tenter de revenir à l'ancien monde où le monopole de la parole, de la "vérité" était l'apanage des seules "élites".



15/10/2018

A la vie, à l'amour, à la mort




De la naissance, on devrait plutôt dire de la conception, à la mort, la vie n'en finit pas de jouer avec ceux/celles suspendu(e)s à son fil susceptible de casser net à tout moment.
Certains plus chanceux ayant pu croire que leur fil était aussi solide qu'une corde bien tressée finissent par s'apercevoir que, subitement, celle-ci s'effiloche pour ne plus tenir que par un cheveu!.

Tant de circonstances incontrôlables, imprévues dépendantes de l'environnement plus ou moins hostile en fonction de l'existence humaine suivant que celle-ci se vit dans telle ou telle partie du globe, de zones sujettes aux phénomènes naturels destructeurs ou, bien évidemment, de régions économiquement ou politiquement faibles avec leur lot de conflits quasi perpétuels ou, à l'inverse, protégée par une stabilité politique, une prospérité économique, un niveau de vie et une assistance de tous les instants confinant à l'assistanat, à la déresponsabilisation individuelle.

On n'a qu'une vie… et pourtant.

La prise de conscience de sa propre mort, ignorée, inconcevable lorsqu'on est enfant, adolescent voire jeune adulte n'augmente qu'au fur et à mesure que le temps (supposé) restant diminue.
Même sans obsession ou peur de la mort, il n'en reste pas moins qu'au fil du temps…, l'idée fait son chemin jusqu'à en amener plus d'un, les plus responsables, à adopter quasi instinctivement car sans la moindre cause médicale ou faiblesse apparente, à modifier leurs habitudes et style de vie, il est vrai, conditionnée assez fréquemment par une situation personnelle devenue familiale qui les contraint à plus de responsabilités envers ascendants et descendants que des siècles de perpétuation de l'espèce humaine, la famille est censée préservée… jusqu'à la surpopulation qui, paradoxalement, nous condamnera à disparaître de la surface terrestre.
Article sur ce sujet: La décivilisation est en marche

Chacun rêve toujours, réalise souvent, en fonction ainsi que décrit plus haut de ses origines et lieux de vie, l'objectif d'une vie agréable sans trop d'embûches jusqu'à, spécifiquement en Europe, nous satisfaire d'une soumission certaine à quantités d'assurances en tout genre, de principes de précaution et d'indemnisations multiples qui, in fine, affaiblissent considérablement notre résistance aux chocs personnels lorsque d'inévitables imprévus surgissent dans nos vies.
Cette déresponsabilisation individuelle profite à ceux qui vivent financièrement de votre mal-être supposé, aux organismes d'assurances, aux multiples strates politiques qui, ainsi, contrôlent voire brident votre épanouissement personnel qui, ne devant plus grand-chose à votre force de caractère, à votre seule motivation à vous lancer dans des projets risqués en démotivent plus d'un qui, dès lors, préférera se satisfaire d'un cadre sécurisé, d'un parcours sans surprise et suivi par des professionnels qui, à la moindre "alerte", vous détecteront un burn-out ou toute autre forme d'inadaptation qui requiert un panel de soins, de traitements, de retrait plus ou moins prolongé de vos occupations et cercles habituels quitte à ce que la bienveillante prise en charge mutualisée finisse par vous rendre réellement inapte au retour à la vie normale, individuelle et responsable.

Ce discours sur la difficulté d'insertion dû aux origines, au lieu de vie, bien réel lorsqu'il s'agit de comparer les chances offertes en fonction des différents pays du globe peut-il vraiment se tenir, sinon par démagogie électoraliste, lorsqu'il s'agit de citoyens vivant dans la même ville, le même pays?.
Ou alors, comme souvent en politique politicienne, ne serait-ce qu'une façon d'ignorer un problème en constatant les conséquences sans oser s'attaquer aux causes?.
Comme pour la plupart des dirigeants (ir)responsables, la faute qui consiste à laisser pourrir une situation ne pouvant jamais leur être attribuée, il leur suffira de l'ignorer en espérant que quelques "aménagements dits raisonnables" (par exemple, les violences et trafics en cités… et ailleurs) la rendront invisible aux yeux des citoyens électeurs!?
Après la fallacieuse excuse du soi-disant fossé entre élites et peuple, voilà que, pour nos élites, un nouveau fossé voit le jour, celui entre le peuple et le peuple!.

Mais, au final, ce qui devrait poser question, c'est de savoir s'il est bien humainement éthique de constater que, pour la plus grande partie de l'humanité, connaître le centième de ce que l'Occident invente et propose à ces citoyens la plupart du temps mécontents et revendicateurs, serait déjà, pour ces "spectateurs" de notre bien-être, goûter à un bonheur inaccessible… sauf à ce que les récentes migrations de masse incontrôlées, quoique parfois organisées ou hypocritement tolérées, ne deviennent irréversibles avec le risque qu'alors, le niveau de vie de l'ensemble ne baisse, notamment en Europe.

01/10/2018

SexyStars Top 10 du mois: Hannah Ferguson, Marushka Detmers... nues!.














.
Samantha Hoopes

Découvrez les SexyPhotos (colonne gauche) de toutes les Stars.
Visionnez la SexyVidéo (colonne droite) de:
  Samantha Hoopes .
.
SEXYSTARS: ACTRICES
- Maruschka Detmers
- Evelyne Buyle
- Jamie Luner

SEXYSTARS: MUSIC
- Dalida

SEXYSTARS: SPORTS
- Irina Begu
- Coco Vandeweghe
- Karolina Pliskova

SEXYSTARS: TOP MODELS
- Hannah Ferguson
- Erin Heatherton

SEXYSTARS: TV
- Anne-Elisabeth Lemoine

15/09/2018

Démocraties vs Dictatures




Même s'il ne fait aucun doute que la défense, la protection des libertés individuelles est sensiblement plus évidente au sein des démocraties que des dictatures, il n'en reste pas moins, qu'au fil du temps et de certains événements qui les touchent, les déstabilisent, une évolution commune mais en opposition se produit et semble plutôt, toutes choses égales par ailleurs, les rapprocher.

Démocraties...

Mue par une volonté souvent excessive car dans la réaction immédiate aux faits plutôt qu'avec la modération qui convient via un recul utile envers ceux-ci, l'Europe et, plus particulièrement, certains de ses Etats membres affichent une volonté de tout réglementer, de tout contrôler, y compris le champ protégé et non suspect d'anarchie des libertés individuelles au profit de l'Etat tout puissant.
Ce qui, si cette tentation d'étatisme excessif se poursuit, finirait par se rapprocher de la courbe inverse des dictatures qui, mondialisation et visibilité de celle-ci oblige, ont de plus en plus de difficultés à cadenasser les libertés citoyennes et/ou de moins en moins intérêt à le faire tant, et c'est un autre parallèle commun aux deux régimes, le but ultime voire le seul, est le maintien au pouvoir à titre personnel en dictature ou à celui du parti en démocratie.

L'interdépendance entre démocraties et dictatures a toujours existé et prévalu au nom d'intérêts commerciaux, géopolitiques dits supérieurs à toutes autres valeurs, y compris humaines.
Et, sauf à souscrire béatement à la propagande idéologique occidentale, cela n'a jamais été en vertu d'une préoccupation humaniste et désintéressée que certains dictateurs, reçus et honorés durant des décennies, ont été subitement renversés, tués tout en livrant, par l'excuse de l'ingérence démocratique, les citoyens prétendument à sauver sans délai, au chaos de la destruction de toutes les infrastructures, aux différentes milices qui en ont profité pour remplacer des structures, certes contestables au regard de "nos" valeurs mais, au final, prétendre  imposer ses seules valeurs au motif qu'elles seraient supérieures à toutes les autres et seules valables, ne doit-on pas qualifier cela de despotisme, de colonialisme?!.
Citation de N. Chomsky: La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures.

Politique....Médias

L'angoisse des politiciens et de la plupart des médias à l'idée de perdre des électeurs ou des lecteurs suivant le cas est telle que, conscients et alertés par le pouvoir encore assez nouveau et de plus en plus puissant d'Internet via ces multiples canaux d'informations, de publications ouverts à tous et toutes, ceux qui se prévalent de représenter les élites en sont venus à la conclusion que pour éviter toute perte d'un relatif et ancien monopole quant à ce qu'il faut croire et lire, une réglementation contrôlée par eux-mêmes (on n'est jamais si bien servi que....) au nom, tout autant hypocrite que l'ingérence démocratique pour justifier la guerre, de la lutte contre les fausses nouvelles (fake news en français dans le texte) pour le bien des citoyens.
Ceci, comme toujours, au nom de la protection du "peuple", probablement trop idiot, à leurs yeux, pour faire la part des choses... à moins que la vérité inavouable ne réside dans ce qu'il leur est insupportable car dommageable en termes de crédibilité de voir et revoir leurs propres informations démenties, leurs promesses non tenues publiées, rappelées tout le long des sites et blogs, des réseaux sociaux!.

Cette résurgence de la censure qui, tout azimut, veut brider la liberté de tous au seul profit de certains, n'en finit plus d'ajouter à son palmarès des interdits de nouveaux trophées liberticides sous couvert d'arguments aussi fallacieux que ceux d'un respect des us et coutumes, des religions, des droits à de nouvelles différences minoritaires qui ont à s'imposer aux devoirs de la majorité...
A cette fin, toute remise en question du "système" est suspecte de volonté de destruction de la démocratie et, avec le simplisme idéologique qui prévaut chez la plupart des élites, les qualificatifs de populiste, de raciste voire de fasciste sont immédiatement appliqués à tout individu qui oserait entamer un débat contradictoire, poser des questions ou émettre quelques doutes raisonnables quant aux mesures ou propos tenus par ces représentants du "politiquement correct" qui se considèrent d'office au-dessus de tout soupçon de servir leur propagande électoraliste ou éditoriale.
L'Europe politique identifiée par le Parlement européen en est l'ultime caricature lorsque, soumis à une poussée quasi générale d'opposants au discours lénifiant habituel des tenants du politiquement correct entre gens de "bonne compagnie" accrochés à un pouvoir qu'il pensait infini, ils en viennent à chasser en utilisant les armes de destruction massive de la censure de parole à l'égard de tout politicien qui prônerait un renouvellement des idées et du fonctionnement des institutions, pour autant qu'on puisse appeler "fonctionnement" cette Europe type Tour de Babel à jamais inachevée voire immobile depuis 70ans!.

Ainsi que pour la restriction de la liberté d'expression de tous et toutes, qu'elle soit ou non de qualité, sur les réseaux sociaux, la marginalisation voire l'exclusion de dirigeants en désaccord avec la logorrhée consensuelle qui va si bien à un entre-soi convenu, on constate qu'en démocratie, rien ne vaut un accord "historique" entre gens qui, de toute manière, partagent le même, le seul point de vue résumé en une pensée unique qui transcende ces clivages (Droite-Gauche) artificiellement maintenus au point que programmes compatibles et alliances d'oppositions sont quasi interchangeables.
Ceci au service de leur but ultime qui est de se maintenir au pouvoir, ce qui n'est finalement plus si éloigné de ce qui prévaut en dictature!.


Idéologie 2poids, 2mesures

Ce qui caractérise la classe politique, c'est qu'en fonction de l'idéologie à laquelle elle se soumet, tout problème trouve deux solutions contradictoires suivant que le sujet est ou non porteur de suffisamment de voix potentielles utiles au maintien au pouvoir.
Parmi ces sujets de société, comment ne pas s'étonner des prises de position différentes lorsqu'on évoque le communautarisme qui exclut et discrimine vs le vivre ensemble qui, non défendu, en pâtit, les notions de racisme et/ou de sexisme à "géométrie" variable, l'intangible liberté d'expression vs le contrôle des réseaux sociaux ou encore le respect animal vs l'abattage rituel.
Sauf à faire partie des bisounours aveugles ou des activistes opportunistes, on ne peut que déplorer une hypocrisie non assumée qui refuse le débat pour adopter une posture caricaturale confinant à l'absurdité lorsqu'en dépit d'un minimum d'objectivité, on les voit s'échiner à tenter de coller au mieux à leur propagande politicienne.
Cette idéologie 2poids, 2mesures met en évidence un traitement différencié des infos, des sujets exclusivement justifié par de l'électoralisme démagogique tenu par ceux qui se proclament défenseurs des valeurs démocratiques et protecteurs des droits pour tous citoyens qui, soi-disant fossé oblige, s'en rendent compte et finissent par ne plus supporter ce déni de responsabilité, cette absence de courage et de volonté qui rend ce type de discours inaudible et ceux qui le tiennent impopulaires.

Au titre de documentation, cet ébauche d'une démocratie non plus imposée par des "élites" qui se croient investis d'une mission confiée par le "peuple" à l'issue de votes dont les abstentions sont quasi majoritaires mais celle d'une démocratie décidée par le "peuple" pour le peuple (accessoirement, rappelons aux élites dirigeantes par intérim qui s'accrochent à leurs pouvoirs comme si ceux-ci leur étaient indéfiniment dus que, parmi ces citoyens qu'ils méprisent, tous ne sont pas de pauvres imbéciles ignares!).

Un néologisme pour qualifier cette nouvelle démocratie a été créé et l'article (lien ci-dessous) en décrit la philosophie:
Démocralisme, le "nouveau" pouvoir en vue!.


Article sélectionné par le site AGORAVOX.
Pour le lire, le noter et le commenter directement sur ce site, cliquez  ICI

14/09/2018

Nîmes : un automobiliste fonce dans la foule, deux blessés | Atlantico.fr

Nîmes : un automobiliste fonce dans la foule, deux blessés | Atlantico.fr

Commentaire de INFOTOX le Mag:

Ne faudrait-il pas que nos autorités remercient Al-Baghdadi (Daech) pour avoir, suite à son appel à agression avec couteaux, permis d'arrêter tous ces "déséquilibrés" qui, jusqu'ici, n'étaient que de gentils voisins discrets…!.
Peu importe que leurs profils soient semblables à ceux que le pouvoir qualifiait de terroristes… maintenant que les lois restrictives de libertés pour tous sont votées, on peut comprendre que la priorité actuelle est de ne plus alerter les peuples avec un terrorisme… venu d'ailleurs et causé par des migrants et/ou "étrangers" qui risquerait d'alimenter le soi-disant populisme et, surtout pour nos démocrates-bisounours, de perdre des voix, le pouvoir aux prochaines élections!.
Tout va bien, on vous dit…
L' INFOTOX (Actus-Médias)
http://linfotox.wordpress.com 

01/09/2018

SexyStars Top 10 du mois: Constance Pittard, Cardi.B... nues!.




Découvrez les SexyPhotos (colonne gauche) de toutes les Stars.
Visionnez la SexyVidéo (colonne droite) de Charlotte McKinney.

SEXYSTARS: ACTRICES
- Jennifer Garner
- Monika Rohde
- Margot Lourdet
- Agathe de La Fontaine
SEXYSTARS: MUSIC
- Cardi.B
SEXYSTARS: SPORTS
- Agnes Szavay
- Tsvetana Pironkova
SEXYSTARS: TOP MODELS
- Ireland Baldwin
SEXYSTARS: TV
 - Constance Pittard
 - Chloe Nabédian